• Gertrude Baniszewski

    Gertrude Baniszewski

    Résultats de recherche d'images pour « Gertrude Baniszewski »Résultats de recherche d'images pour « sylvia likens histoire »

    Gertrude Nadine Baniszewski (19 septembre 1929 – 16 juin 1990), également connue sous le nom de Gertrude Wright et Nadine Van Fossan, est une femme divorcée de l'Indiana, qui, avec l'aide de ses enfants et d'enfants du voisinage, tortura, mutila et tua en 1965 Sylvia Likens, une adolescente dont elle avait la charge.

    Elle fut inculpée puis reconnue coupable de meurtre au premier degré en 1966. Le cas - tristement appelé par la presse comme « le crime plus horrible perpétré contre une personne dans toute l'histoire de l'Indiana » - fut relatée dans deux films, tous deux sortis en 2007 : The Girl Next Door et An American Crime.

    Wikipédia
    Époux : John Baniszewski Sr. (m. 1945–1955)

     Gertrude Baniszewski - Crime Scene
     
    Cette vidéo est faite pour le Likens Case Sylvia. Ceci est la véritable histoire derrière le film de la fille d'à côté.

     Sylvia Marie Likens | Quand un Meurtre devient le jeu de tout un Quartier
     
      
    CERTAINES PHOTOS PEUVENT HEURTER LA SENSIBILITÉ D'AUTRUI - Avec toutes les affaires de meurtre ou de maltraitance, je n'en viens même plus à me demander quelle genre de personne peut commettre de tels actes. Bien souvent le premier mot qui me viens est celui de "monstre", une personne sans âme, ni conscience qui n'éprouve aucun sentiment. Parfois les faits sont tellement insoutenables que j'en viens à me dire que ces personnes ne peuvent pas être que des monstres, mais qu'elles ont probablement un grave problème psychologique qui affecte toute notion de compassion ou de remords. Pour certain meurtrier c'est en effet leur cas, plus souvent reconnu comme des "psychopathes". Ce terme peut être mal interprété par beaucoup, la psychopathie fait partie de ce qu'ils sont, certaines parties de leur cerveau sont "éteintes" alors que les nôtres sont réceptives. Ce trait de personnalité peut être présent dès la naissance ou se développer tout au cours de la vie. En dépit de l’atrocité de leur crime, on pourrait dire que malgré tout, ils n'ont pas choisi d'être ou de devenir ce qu'ils sont et que malheureusement, rien ni personne pourrait changer leur comportement ou leur sentiment. Ils sont psychopathe et le resteront tout au long de leur vie. Mais la question que je me poserai toujours est: comment une personne dite "normale" peut assister à des scènes de torture ou à un meurtre et ne rien faire? Comment une personne comme vous et moi, peut être passible face à un tel crime? La peur est souvent la justification face à ces inactions. Je me demande toujours si le sentiment de peur peut prendre le dessus sur les sentiments tel que: l'empathie d'autrui, le remords et le regret... C'est ce à quoi je pense quand lis l'histoire de Sylvia.